Moraz.fr - Soins dermo-cosmétiques

Sondage

Bouche à oreille
Prospectus
Recherche internet
Prescription
Presse
Autres

Ce n’est pas la première chose à laquelle on pense après bébé, et pourtant d’après une étude anglaise, on constate qu’après l’accouchement, l’activité sexuelle est reprise par 32% des femmes au bout de 1 mois, 62% au bout de 2 mois, 81% à 3 mois et 89% à 6 mois.

Les grossesses imprévues sont donc fréquentes dans les semaines ou les mois qui suivent un accouchement. En effet, nous sommes trop nombreuses à ignorer que 10% environ des femmes réussissent à ovuler dès les premières semaines après l'accouchement, et à avoir négligé la nécessité de reprendre une contraception fiable.

Alors, n’attendez pas d’avoir à nouveau vos règles pour penser à une contraception car elles peuvent marquer la fin d’un cycle ovulatoire. Cela signifie donc qu’avant leur retour, vous avez peut-être déjà ovulé et eu la possibilité d'être enceinte.

Or, Même une femme jeune et en pleine forme a besoin de récupérer un peu entre deux grossesses afin de retrouver toute son énergie et sa vitalité.

De manière générale, notez que L'ensemble des gynécologues français est d’accord pour prescrire systématiquement des micro progestatifs aux femmes qui allaitent et des mini pilules aux autres.

Si vous allaitez votre enfant :

L’allaitement est considéré comme « contraceptif » jusqu’à 6 mois à condition d’être exclusif, jours et nuits et à intervalles de 4 heures la journée et 6 la nuit. Il s’agit de la méthode dite « MAMA » pour allaitement et Aménorrhée.

Cette méthode suppose et est validée par l’absence de règles. Toutefois, ce mécanisme de blocage peut connaître un échappement, surtout pour un allaitement qui se prolonge au-delà de six mois, et on ne peut totalement exclure une ovulation. Il est donc prudent de suivre une contraception en complément pendant l’allaitement, comme la prise d’une pilule micro-progestative (micro dosée).

Un micro progestatif sera à fortiori prescrit si l’allaitement n’est pas exclusif, ou un implant, qui pourra être posé après 4 semaines et apporte une contraception efficace sans compromettre l’allaitement et sans risque pour le bébé.

S’agissant de l’implant, il se présente sous la forme d’un bâtonnet souple de 4 cm de longueur et 2 mm de diamètre. Inséré à la face interne du bras, il libère de manière continue et pendant trois ans un progestatif, l’étonogestrel. Particulièrement recommandé aux "distraites" , l'implant permet de contourner le problème des oublis, relatifs à la pilule. Attention toutefois de ne pas omettre d'en changer au bout de 3 ans. Notez qu’il sera posé par un médecin (connaissant bien la technique de pose et de retrait), sous anesthésie locale, en sous cutané.

Quant au stérilet (cuivre ou hormonal) on attend en général au moins 6 semaines après l’accouchement pour le poser afin de permettre à l’utérus de reprendre sa forme initiale. Il est impératif de vérifier la bonne involution utérine.

Le stérilet hormonal n’est que très peu dosé et moins de 1% passe dans le lait maternel. Il peut donc être utilisé en toute sécurité chez les femmes qui allaitent.

Si vous n’allaitez pas :

Tous les modes de contraception exposés plus haut sont bien entendu possibles. Une pilule estroprogestative peut être prescrite dès le 2e mois ainsi qu’un anneau vaginal.

N’oubliez pas que les méthodes contraceptives d’urgence demeurent disponibles et sécuritaires pour vous, soit le Plan B (pilule du lendemain)

View comments about this article


top