Moraz.fr - Soins dermo-cosmétiques

Sondage

Bouche à oreille
Prospectus
Recherche internet
Prescription
Presse
Autres

Feu d’artifice hormonal et fantasmes en pagaille ou libido en berne ? Une sexualité épanouie nécessite de prendre en compte les modifications physiques et psychologiques de la grossesse !

Certaines femmes boudent les rapports sexuels pendant leur grossesse, alors que d'autres ont une libido intempestive voire de véritables pulsions sexuelles… Certains futurs papas trouvent leur femme magnifiquement sensuelle et vont avoir encore plus envie de lui faire l'amour, mais d'autres peuvent être décontenancés par la transformation du corps de leur femme, et par l'idée qu'elle porte un bébé. Il n’y a pas de normes en ce domaine. S’il est plutôt souhaitable de poursuivre les relations sexuelles au cours d’une grossesse normale, il n’y a pas à  culpabiliser d’une baisse du désir ou du plaisir. C'est une période où le dialogue est absolument essentiel.

La seule précaution à prendre est que le poids de l'homme ne  repose jamais entièrement sur la future maman. L’occasion d’expérimenter de nouvelles positions, d’imaginer des variantes…

Communément, on distingue trois phases au cours desquelles la libido dans le couple évolue, correspondant aux trois trimestres de la grossesse.

Au cours du premier trimestre non seulement le couple est encore sous l’effet de l’annonce de la grossesse, mais en outre, les désagréments des premiers mois, les nausées, la fatigue ou encore la crainte infondée d'une fausse couche peuvent contrarier le désir de la femme.
Du côté des hommes, la nouvelle image qu'ils ont de leur compagne, devenue une future maman peut également contribuer à brider sévèrement leur libido. Et puis il faut le reconnaitre, votre amoureux même s’il est futur père : rien de particulier ne se passe dans son propre corps. Pour suivre les changements physiques de la grossesse, pour la voir, la sentir, il a besoin de contacts corps à corps avec vous. C’est ainsi qu’il apprivoise son rôle de père.

Pendant le deuxième trimestre, le désir est variable d’une femme à l’autre même si globalement, on note que beaucoup de femmes ont un désir et une activité sexuelle plus importants qu’avant la grossesse, la sensation de bien-être et la disparition des symptômes du début de la grossesse favorisant un état de plénitude. Pour la plupart, vous vous sentez délicieusement féminine et sensuelle, vos courbes pleines et généreuses érotisent votre corps et vous n’hésitez pas à prendre « les devants ». Mais chez d’autres, la baisse du désir observée au cours du premier trimestre se poursuit durant le deuxième. En effet, la prise de poids ainsi que l’image socio-familiale de la femme enceinte, (particulièrement pour l’homme) sont autant de facteurs qui peuvent au contraire paralyser le désir.

Le troisième trimestre et le dernier est probablement le plus délicat.
Vous avez mal au dos, vos jambes sont lourdes et il faut adapter les positions sexuelles à cause du bel arrondi du ventre. Mais le psychique tient une place très importante aussi, le jour de l'accouchement se rapproche et les préoccupations peuvent freiner aussi bien freiner votre désir, tout comme celui de votre homme même si certains couples font l'amour sans aucun problème jusqu'à la fin. On imagine facilement des difficultés psychologiques liées à cette nouvelle situation à laquelle il faut  s’adapter : avec la présence de l’enfant à l’intérieur de la femme. Beaucoup d’hommes évoquent la crainte de lui nuire à l’occasion des rapports. C’est un mythe ! Désolée pour la déception infligée à la gente masculine : c'est impossible! Le fœtus baigne dans la poche amniotique et le liquide amniotique amortit très bien les coups.

Les psychologues considèrent que la poursuite des relations sexuelles pendant la grossesse est importante pour l’établissement d’un futur équilibre familial.

 

View comments about this article


top