Moraz.fr - Soins dermo-cosmétiques

Sondage

Bouche à oreille
Prospectus
Recherche internet
Prescription
Presse
Autres

Sans épisiotomie, le périnée se déchire dans 50 % des cas lors d'un premier accouchement. Depuis la première incision chirurgicale du périnée réalisée en 1742 par Felding Ould, les accoucheurs incisent délibérément le périnée au niveau de la vulve pour éviter sa déchirure lors du passage du bébé.

En France, environ 80 % des femmes sont incisées lors de leur premier accouchement. L’usage systématique de l’épisiotomie a été remis en cause par les spécialistes au milieu des années 90. Aujourd'hui, leur nombre est en baisse.

Il est évident qu'une incision bien nette est plus facile à recoudre qu'une déchirure irrégulière. En fait, l’épisiotomie est une incision du périnée (ensemble de muscles soutenant les organes génitaux, de la vulve à l’anus) qui permet le passage de votre bébé. A ce moment-là, le périnée est tendu au maximum.

La sage-femme, ou le gynécologue, introduit une branche des ciseaux chirurgicaux à l’intérieur du vagin et effectue, le plus souvent, une épisiotomie « médio-latérale » vers la droite ou la gauche, avec un angle de 45 ° par rapport à l’horizontale, il s'agit d'une incision de 3 à 4 centimètres. Mais depuis une quarantaine d'années, l'épisiotomie est également utilisée de manière préventive, notamment dans le but de préserver la musculature périnéale et ainsi prévenir un risque de prolapsus (descente d'organes).

Pendant des années, les obstétriciens et les sages-femmes ont appris que l’épisiotomie devait être utilisée presque systématiquement pour un premier accouchement.

On l’a aussi beaucoup préconisé dans les cas de gros bébés, dont l’accouchement nécessitait souvent l’utilisation de forceps ou de ventouse.

Mais aucune étude n’a permis de prouver l’intérêt de l’épisiotomie systématique dans tous ces cas.

Enfin, sachez qu'une rééducation périnéale est essentielle après chaque accouchement (surtout le premier). En France, les femmes ont la grande chance de bénéficier de dix séances avec une sage-femme ou un kinésithérapeute spécialisé, remboursées par la sécurité sociale.

View comments about this article


top