Moraz.fr - Soins dermo-cosmétiques

Sondage

Bouche à oreille
Prospectus
Recherche internet
Prescription
Presse
Autres

Edulcorants : aucun risque chez la femme enceinte

Dans son dernier communiqué, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, du Travail et de l’Environnement (ANSES) estime impossible de conclure à un risque potentiel chez la femme enceinte en relation avec la consommation intensive d’édulcorants. Pour autant, elle indique qu’« aucun intérêt nutritionnel propre à la consommation d’édulcorants intense pendant la période de grossesse n’a été démontré ».

Contrairement à l’étude danoise menée par Thorhallur Halldorsson du Statens Serum Institut de Copenhague qui affirmait que la consommation d’aspartame était nocive pour la santé des femmes enceintes et favorisait la prématurité, l’ANSES vient de lever le doute sur les dangers présumés de l’aspartame sur la santé et pour les femmes enceintes en particulier.

L’étude menée en 2010 sur 60 000 danoises affirmait  que : « la consommation de boissons gazeuses contenant un édulcorant augmente en moyenne de 38% le risque d’accoucher prématurément. L’augmentation des risques est de 27% si l’on ne boit qu’un verre par jour, 35% si l’on en boit 2 ou 3, et de 78% à plus de 4. »

Concernant le risque potentiel en période de grossesse, l’ANSES confirme à nouveau l’avis scientifique rendu en mars 2011 à propos de l’étude danoise de Halldorsson et de ses collaborateurs. L’agence estime qu’« il est impossible, sur la base de cette seule étude, de conclure sur le risque d’accouchement prématuré lié à la consommation de boissons édulcorées gazeuses chez la femme enceinte ».

En bref, inutile de s’affoler en sirotant son coca light…

Toutefois, l'ANSES en profite pour souligner l'absence de bénéfice nutritionnel propre démontré de la consommation d'édulcorants par la femme enceinte et rappelle que les autorités sanitaires conseillent d'une façon générale de limiter la consommation des produits sucrés.

View comments about this article


top