Moraz.fr - Soins dermo-cosmétiques

Sondage

Bouche à oreille
Prospectus
Recherche internet
Prescription
Presse
Autres

Blog Grossesse et Gynecologie MyGyneas

Dossier spécial Coupe menstruelle

Publié le : 07/04/2017 11:24:16
Catégories : Default Rss feed

Dossier spécial Coupe menstruelle

 

Dossier spécial Coupe menstruelle


Tous les mois, retrouvez un dossier en exclusivité préparé par MyGyneas sur les dernières nouveautés dans le domaine de la gynécologie.
Ce mois-ci, MyGyneas vous propose d'en savoir plus sur la coupe menstruelle LilyCup.


Article exclusif : Lily Cup™ : l’alternative écologique aux tampons et serviettes !

Écologique et plus naturelle, la coupe menstruelle séduit de plus en plus

Phénomène récurrent qui concerne la moitié de la planète, il a beau être la clé d’un cycle sans lequel l’espèce humaine n’existerait pas : le sujet des règles reste tabou ! Tabou au point que longtemps les femmes ont pris l’habitude d’employer des expressions secrètes, évoquant des « anglais qui débarquent », prétendant « recevoir des peintres » ou plus classiquement le fameux « ma fille est indisposée » qui signait le mot d’absence au cours de sport. Autant de doux euphémismes qui pourraient laisser supposer que la chose est honteuse.

Néanmoins, les femmes d’aujourd’hui, très actives entre sollicitations familiales et exigences professionnelles souhaitent voir ce moment particulier de leur vie reconsidéré. La revendication portée en mars 2015 auprès du Ministère des Finances de voir baisser de 20% le taux de TVA sur les protections périodiques, dans le cadre de lutte contre la taxe dite rose n’en est-elle pas le reflet ?

Très impliquées dans leur mode de consommation et son impact, elles sont aussi plus à l’aise avec leur corps et attentive à son bien-être. Deux préoccupations qui expliquent l’essor de la coupe menstruelle… 

Bon pour le corps et pour la planète, le dispositif est plébiscité pour ses nombreuses qualités

Petit réceptacle en forme de clochette, la coupe menstruelle prend le contre-pied complet des protections coton.

Au premier rang des arguments qui plaident en sa faveur, les utilisatrices mentionnent le respect de la flore vaginale grâce au silicone extra-doux, là où les tampons créent sécheresse, irritations, voire (beaucoup plus rarement heureusement) contribuent au développement d’un STC (syndrome du choc toxique). Nids à mycoses elles aussi, les serviettes hygiéniques sont à l’origine en outre de mauvaises odeurs. Un désagrément impossible avec la cup, le fonctionnement par ventouse permettant de former un rempart aux fuites infaillible. Dès lors qu’elle est correctement placée, la coupe est  parfaitement étanche à l’air, annulant ainsi les risques de prolifération bactérienne.

Respectueuse du l’équilibre intime et de l’anatomie, l’alternative coupe menstruelle s’avère aussi profitable à la planète (et accessoirement avantageuse pour le porte monnaie ce dernier atout n’étant pas à négliger avec une économie évaluée à 2 000 €).

On estime en effet, qu’une femme jette en moyenne dans sa vie, entre 100 et 150kg de serviettes, tampons et applicateurs. La gestion de ces déchets (qui pour le coup n’ont plus rien d’hygiénique), qu’ils soient incinérés ou en décharge, est  très problématique et polluante.

Sans compter que de récentes études rapportent que ces cotonnades intimes contiendraient potentiellement des dioxines, glyphosate et autres pesticides !

L’idéal en voyage

Pas facile de gérer ses règles pendant un trekking en Himalaya, au fin fond de la pampa ou même sur une plage des caraïbes… Non seulement, nombreux sont les pays où se procurer ses protections périodiques habituelles peut s’avérer un véritable calvaire, sans compter que là encore, trouver à se débarrasser d’une protection coton en pleine nature n’est pas chose aisée.

Alors que les utilisatrices de serviettes restent sur le sable, et que les tampons se gorgent d’eau en baignade (ce qui est dangereux pour la flore vaginale)aucun problème pour ce qui est de nager avec la coupe menstruelle, toujours grâce à son effet ventouse.  

Parmi les autres avantages : légère et à peine plus grande qu’un tampon, la cup est facile à transporter : plus besoin de réserves qui viennent encombrer la valise.

S’il est vrai que l'objet demande juste une légère organisation quand il s’agit de la vider car il faut la rincer : la seule contrainte reste de s’équiper d’une bouteille d’eau.

À l’instar d’Élodie qui confie l’avoir définitivement adoptée lors d’un séjour en Islande : « gardant à l’esprit que nous allions passer nos journées à crapahuter en extérieur et qu’il serait drôlement opportun de ne pas avoir à me mettre en quête de sanitaires toutes les quatre heures » elles sont nombreuses à avouer ne plus pouvoir se passer désormais de cette protection nouvelle génération invisible, efficace, peu chère et réutilisable pendant des années.

Marie-Victoire Vergnaud


La lily Cup distribuée par les Laboratoires Gyneas est en silicone médicalement approuvé. Flexible, elle s’enlève et se replace avec simplicité et peut s’utiliser 12 heures d’affilée. La protection doit être nettoyée avant chaque insertion. Proposée en 2 tailles, la Lily Cup est fournie avec un antibactérien, une pochette de protection et un manuel d’utilisation détaillé

  •  

Interview du Dr Marc Rozman, gynécologue et sexologue

dr rozmanLe Docteur Marc Rozman est gynécologue et sexologue. Obstétricien passionné, il accompagne les femmes depuis plus de 25 ans, dans tous les moments clés de leur vie.

  • Vous arrive t-il d’échanger ou de proposer en consultation ce mode de protection qui semble gagner des adeptes ?

Dr MR : Depuis presque deux ans, j’ai systématiquement un modèle de cup en présentation dans mon cabinet, pour susciter la curiosité. Je dois bien avouer qu’à raison de plus d’une centaine de consultations par semaine, peu sont les jeunes femmes qui s’y intéressent.

Personnellement je considère que c’est une alternative aux protections jetables, qui en plus d’être efficace et saine apporte une réponse pertinente à l’impact écologique du traitement des déchets coton.

Pour autant, la coupe ne convient pas à toutes car son utilisation nécessite de surmonter certains a priori.

  • Justement, pensez-vous que les femmes ont changé dans leur rapport aux règles et leur façon de gérer ce moment particulier ?

Dr MR Si on note quelques soubresauts depuis une dizaine d’années, il reste encore des tabous à briser pour se défaire de la honte qui entoure encore trop souvent cette fonction corporelle pourtant si naturelle. Il persiste une ambivalence de la société face à ce phénomène physiologique: les règles sont valorisées car elles sont le signe de la fertilité, mais on enseigne aussi aux jeunes filles qu’il est important de les cacher, on les associe à la honte ou au dégoût.

De nombreuses femmes ne parviennent toujours pas à se faire à l’idée de se retrouver en contact rapproché avec leur sang menstruel tous les mois. Ces préjugés jouent sans doute un rôle dans le mépris généralement manifesté de prime abord à l’encontre des coupes menstruelles 

  • Bien que communément jugés faciles pour autant qu’on choisisse la taille adaptée, la mise en place et le retrait de la coupe requièrent un peu d’expérimentation…

Dr MR 

Oui, passée l’idée préconçue du sang impur, la cup s’adresse aux femmes qui en plus de ne pas avoir de contre indication médicale ou de contraintes professionnelles (tout le monde ne travaille pas à proximité d’un lavabo), sont à l’aise avec leur intimité. C’est un cheminement qui demande de franchir plusieurs étapes et toutes les femmes n’ont pas la chance d’évoluer dans un milieu qui favorise ce processus.

Les premiers temps on peut avoir du mal à l’installer et à la retirer, mais certaines prennent le coup de main tout de suite !

Il est évident que la coupe vient compléter avantageusement le maigre éventail des protections périodiques proposées aux femmes : hygiène et respect des muqueuses, contenance accrue par rapport aux tampons, discrétion par rapport aux serviettes et bien sur l’aspect écologique et économique du réutilisable…

Néanmoins, quel que soit le produit choisi, ce qui importe avant tout, c’est qu’aucune n’ait à en avoir honte !

Propos recueillis par Marie-Victoire Vergnaud

Partager ce contenu

top